Protecting the environment might be rocket science : les mesures environnementales du Centre national d’études spatiales.

Bagne des Îles du Salut en mars 2018

La trans­porta­tion, nom désig­nant l’en­voi des con­damnés au tra­vail for­cé au bagne, a été abrogée par le décret-loi du 17 juin 1938 mais la déten­tion au bagne des Îles du Salut n’a véri­ta­ble­ment cessé qu’en 1947.

Lais­sé à l’a­ban­don jusqu’à l’im­plan­ta­tion du Cen­tre spa­tial guyanais à Kourou en 1965, la sauve­g­arde des biens et des per­son­nes de l’archipel a été con­fiée au Cen­tre nation­al d’é­tudes spa­tial (CNES) en rai­son de son emplace­ment. En effet, les Îles du Salut se situent  sous la tra­jec­toire des lanceurs s’ar­rachant au pas de tir français en direc­tion de l’or­bite géo­sta­tion­naire, ce qui néces­site l’é­vac­u­a­tion des trois îlets recon­nus d’u­til­ité publique à cha­cun de ces lancements.

Par acte en la forme admin­is­tra­tive du 21 octo­bre 1971, l’É­tat cède une par­tie de la pro­priété de l’archipel au Cen­tre nation­al d’é­tudes spa­tial aux côtés de la Divi­sion départe­men­tale de l’équipement, qui hérite des phares, et le Con­ser­va­toire de l’e­space lit­toral et des rivages lacus­tres (Con­ser­va­toire du lit­toral), pro­prié­taire de la mai­son-musée du Directeur du bagne.

Deux con­ven­tions prin­ci­pales règ­lent alors le sort des bâtiss­es et de la nature trop­i­cale qui s’y est dévelop­pée, celle entre le CNES et la Direc­tion régionale des affaires cul­turelles (Min­istère de la Cul­ture) con­cer­nant l’en­tre­tien des bâti­ments, d’une part, et celle entre le CNES et le Con­ser­va­toire du lit­toral con­cer­nant la sauve­g­arde de l’in­térêt his­torique et naturel des Îles, d’autre part, signée en 1990. (Source : dossier de presse, le CNES et les Îles du Salut, 2010.)

Par ailleurs, depuis la loi n° 76–629 du 10 juil­let 1976 rel­a­tive à la pro­tec­tion de la nature, le CNES et le Con­ser­va­toire du lit­toral nouent des rela­tions de plus en plus fortes puisqu’en 2016, « dans le cadre de la mise en œuvre des mesures com­pen­satoires à la créa­tion de l’ensemble de lance­ment d’Ariane 6, le CNES a cédé au Con­ser­va­toire un ter­rain de 722 ha à la Savane Wayabo à Kourou » (Con­ser­va­toire du Lit­toral, Rap­port d’ac­tiv­ité 2017, p. 5). Cette ces­sion don­nant lieu à une con­ven­tion de ges­tion entre les deux entités signée en mars 2018.

Image figurant le chantier du pas de tir d'Ariane 6
Chantier du pas de tir d’Ar­i­ane 6 en mars 2018

Si vous avez trou­vé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélec­tion­nant le texte en ques­tion et en appuyant sur Ctrl + Entrée .

Théo Renaudie

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :